Essais

Théorie critique, histoire de l'art, esthétique

Retrouvez toute la sélection essais ici

Rencontre avec Maria Stavrinaki et Frédérique Aït-Touati : Mardi 25 juin à 19h, espace éducatif 

 

Maria Stavrinaki livre une réflexion ambitieuse sur les usages de la notion de préhistoire – sur les interprétations successives qu'en ont données non seulement les artistes, mais aussi les philosophes, les écrivains, les historiens, les historiens de l'art, les préhistoriens et les anthropologues, depuis son invention au XIXe siècle – à la fois dans l'écriture de l'histoire de la modernité et dans l'expérience moderne de la temporalité : un retour à la fondation de l'histoire humaine pour aider à penser notre condition présente.

Frédérique Aït-Touati raconte avec Terra Forma l’exploration d’une terre inconnue: la nôtre. Cinq siècles après les voyageurs de la Renaissance partis cartographier les terra incognita du Nouveau Monde, cet ouvrage propose de redécouvrir autrement cette Terre que nous croyons si bien connaître. En redéfinissant, ou plutôt en étendant le vocabulaire cartographique traditionnel, il offre un manifeste pour la fondation d’un nouvel imaginaire géographique et, ce faisant, politique.

 

Francesco Masci : Traité anti-sentimental

Deux forces se partageaient jusqu’à présent notre époque et nos existences : la production d’images – que Francesco Masci nomme ‘‘la culture absolue’’ – et la technique. Au développement sans freins de la technique, gestionnaire du vivant, faisait écho la promesse réitérée par les images d’un ‘‘homme nouveau’’, d’une liberté tout aussi vaste que fictive. Technique et culture absolue, quoique séparées, poursuivaient ensemble le projet de dépasser la découverte de la mort, ce moment traumatique au fondement de la modernité. Pourtant, un virus antimoderne se niche, depuis ses débuts, au cœur même de la modernité. Infectées, les images cessent d’être tendues vers le futur et diffusent la croyance en une réalité immédiate. Cet ultime paradoxe de notre époque pourrait bien être sa pierre d’achoppement.

Que devient une société où les images ont cessé de faire ‘‘comme si’’ ? Une société où les hommes sont mis en demeure d’adhérer à une réalité absolutisée comme source de justice morale, mais où la technique continue imperturbablement sa course ? Ce livre, enquête philosophique sur l’asservissement de la culture absolue à la technique, démontre l’effondrement systématique de toutes les structures abstraites sur lesquelles se fondait le projet moderne. Avant la fusion de la technique et des images qui s’annonce­, le réel a surgi comme la dernière superstition.
 
 
Francesco Masci est né en 1967 à Pérouse. Il étudie la philosophie en Allemagne et en Italie avant de s’installer à Paris en 1994, et écrit directement en français.

 

Sélection d'essais sur l'art et la photographie

empty